Alan Watts Wikipdia

Posted: June 5, 2018 at 4:44 pm


without comments

Alan Wilson Watts, n le 6 janvier 1915 Chislehurst dans le Kent (Grande-Bretagne) et mort le 16 novembre 1973 Mont Tamalpais en Californie (tats-Unis), est un crivain et confrencier anglo-amricain autodidacte, auteur de vingt-cinq livres et de nombreux articles sur la spiritualit, les religions et philosophies d'Orient et d'Occident (bouddhisme Zen, taosme, christianisme, hindouisme).

Chroniqueur de radio et de tlvision rput en Californie, intress par les nouvelles tendances apparaissant en Occident son poque, il se fit l'aptre d'un certain changement des mentalits quant la socit, la nature, les styles de vie et l'esthtique, et est considr comme l'un des pres de la contre-culture aux tats-Unis. Il est un des personnages des Clochards clestes de Jack Kerouac.

La suppression de la collection Denol/Gonthier avait interrompu la traduction de son uvre en franais, qui reprend chez divers autres diteurs.

Alan Watts, prtre piscopalien, philosophe, crivain et confrencier, migre aux tats-Unis en 1938. Il est initi au bouddhisme zen rinzai en ctoyant Roshi Sokei-an Sasaki pendant trois ans, tudie la thologie et est ordonn prtre en 1945, mais quitte la prtrise en 1950 et rejoint la Californie, o il entre l'Acadmie Amricaine des tudes Asiatiques dont il sera brivement le plus jeune doyen.

Il acquiert d'abord une trs importante notorit et fidlit dans la rgion de San Francisco, grce ses prestations gracieuses la Radio de Berkeley, ses missions de tlvision et ses sminaires en comparatisme religieux. Par ses livres, il acquiert ensuite une renomme internationale dans les milieux philosophiques et du chan/zen comme de la psychologie et de la critique sociale[1]. Il partagera ensuite son temps entre une vieille pniche roue, ancre Sausalito et une grande cabane dans les Monts Tamalpais.

sa naissance et durant sa prime enfance, Chislehurst tait encore une petite communaut essentiellement rurale. Le train tait arriv en 1865, mais le village ne devint une banlieue de Londres qu'aprs la Seconde Guerre mondiale. Le sjour de Napolon III en exil, en assura la notorit mondaine. Bombard en 1915, par erreur de reprage d'un zeppelin en route vers la capitale, le village est surtout connu pour les londoniens qui s'y rfugirent pendant les bombardements, dans les carrires de craies elles servirent aussi de dpts divers d'armes et de munitions.

considrer que les Monts Tamalpais, prs de San Francisco, o meurt Alan Watts, fut galement regard par les Amrindiens comme un lieu mystique, on pourrait dire qu'il est n et mort dans le sacr, ce sens du sacr, dont Mircea Eliade lui reconnaissait comme un pouvoir de divination[2]. Un sens du sacr que les religions cachent plus qu'elles ne rvlent. Sur cette base, le jeune Alan reut ensuite une robuste ducation chrtienne teinte contradictoirement de puritanisme et d'un "savoir" de la Vie Bonne trs picurien. Il put se soustraire rapidement la premire influence pour dvelopper une vision trs dionysiaque de la religion. Trs tt, cette vision joyeuse de la religion fut indissociable chez lui d'un besoin d'imaginaire et de merveilleux directement li une sensibilit cologique directe transmise, par son pre qui lui apprenait le nom des fleurs sauvages comme des papillons, et une esthtique picturale transmise par sa mre. Celle-ci, issue d'une famille missionnaire en Chine, avait hrit d'une petite collection de broderies, lithographies et peintures sur papiers orientales.

Diverses confrences et relations humaines directes le convainquirent de la valeur du bouddhisme, principalement zen; il y fut comme jet lorsqu'il dcouvrit les insuffisances de la vision aristocratique d'un Spengler comme l'chec total des actions pacifistes pourtant clairvoyantes de Dimitri Mitrienovic. Ce dernier fut le seul matre qu'il eut vraiment, auquel il voua un vritable esprit d'enthousiasme et d'obissance. Mais l'chec de celui-ci le fit sortir de tout sens de l'histoire et de tout intrt pour la sphre politique, ses dvoiements, compromissions et lchets.

Ces deux ples de paix, celui de la paix intrieure individuelle, qu'il dcouvrit par ses premires expriences du bouddhisme et taosme de la contemplation Chan/Zen (pour laquelle mditation et compassion sont dj par nature insparables); et celui de la paix entre les peuples, les cultures et les nations ne trouveront leur synthse qu' la lecture de Ren Gunon (1949).

On redcouvre aujourd'hui peu peu son message de philosophe spirituel et libertaire, jeteur de ponts entre Orient et Occident comme de reprsentant minent de la Philosophie prenne, appel aussi cole traditionnelle (trop souvent confondue en Europe avec les intgristes, fondamentalistes et prtendus Chrtiens traditionalistes). La particularit du message est de rendre explicite ce qui est trop souvent en Europe une prtention litisteet occulte. La tradition authentique est simplement un refus de soumission aux standards, normalits et adaptabilits d'intgration du modernisme et d'une mentalit faonne par la raison conomique et l'idologie boursire. La tradition est refus de toute primaut de progrs, par l de toute ide de sens de l'Histoire. Elle s'est illustre dans la jeunesse amricaine de la seconde moiti du XXesicle par divers mots d'ordre parfois provocateurs. Mais, Ren Gunon en tte, des personnalits europennes tels Alain Danielou, Ivan Illich et Jacques Ellul peuvent tre considrs comme des traditionnels et par dfinition un traditionnel est un novateur et un crateur aussi bien qu'un Aldous Huxley, Korzybski, Krishnamurti et Abraham Maslow d'ailleurs amricains de premire gnration pour la plupart, au mme titre qu'Alan Watts lui-mme ou des auteurs d'origine asiatique tels que les japonais Shunryu Suzuki et Nanao, ou les chinois Al Chung-liang Huang et Gia-Fu Feng.

Alan Watts n'apporte strictement aucune ide nouvelle, mais des clefs d'interprtation de textes sacrs comme d'ouvrages anciens ou modernes concernant la philosophie et la religion compare. S'y ajoute un moment une comparaison avec les sciences humaines rcentes.

Entr en 1928 la King's School de Canterbury, il y reoit une ducation cense faire de lui un parfait gentleman britannique. Aux sermons, il prfre les leons pratiques en art du bien vivre du pre d'un de ses camarades de classe, lors d'un voyage sur le continent. Voyage initiatique. Watts gardera jusqu' sa mort un got prononc pour la bonne chre, les vins et alcools fins, les cigares, plaisirs sensuels qui, pour lui, n'entrent pas en conflit avec la qute mystique.

son retour en Angleterre, le jeune Alan lit Lafcadio Hearn qui lui permet de relier la sensibilit de la nature, que son pre avait aid dvelopper en lui, l'esthtique des jardins chinois et japonais, lesquels par la distribution spatiale des pleins et des vides, l'agencement symbolique des Cinq lments (wu xing) sont des leons de mtaphysique (tout comme les glises et cathdrales mdivales sont des leons de thologie). En ce dbut des annes 1930, s'intresser au bouddhisme est inhabituel et incongru. Peu d'ouvrages sont accessibles. Il existe nanmoins Londres une Socit bouddhiste, laquelle l'adolescent s'empresse d'adhrer et qui lui permettra de dcouvrir les textes fondateurs du Chan/Zen fusionnant le taosme et le bouddhisme mahayana, aucune des deux doctrines ne l'emportant sur l'autre[3].

En 1936, il fait la dcouverte capitale des livres de D.T. Suzuki, qu'il rencontre mme lors du Congrs mondial des religions. Il rencontre diverses personnalits telle que Krishnamurti ou la future Ruth Fuller Sasaki[4], de retour du Japon, o elle a visit plusieurs monastres zen en compagnie de sa fille Eleonore Everett. En admiration devant la mre, le jeune Alan (engonc dans son ducation anti-sexuelle[5]) pouse la fille. Ils se marient (chrtiennement) en 1938. Ils s'tablissent New York avec le soutien financier de la belle-mre, alors pouse d'un riche avocat. Ils se rangent sous la houlette de Sokei-an Sasaki, premier matre du Zen Rinzai s'tre install aux tats-Unis de faon permanente et dfinitive.

En 1940, Watts entre dans lglise piscopale, qui admet au sacerdoce des personnes dj maries. Il sera ordonn en 1945. Lglise piscopale est la seule organisation amricaine d'importance avoir conserv une dimension sotrique. Il lui reproche d'ailleurs son manque de mysticisme. Mais ses yeux, les organisations religieuses rivales non seulement ne donnent pas accs l'exprience de Dieu; mais elles l'ignorent, lui prfrant le copain christique (pour reprendre l'expression que les thologiens de l'Institut Catholique de Paris utilisaient dans les annes 1960 et 1970 pour fustiger la censure de toute divine transcendante).

Aumnier de l'Universit Northwestern prs de Chicago, il fascine nombre d'tudiants par son ministre peu conventionnel, mais s'attire la suspicion de panthisme par son insistance sur la naturalit joyeuse de la liturgie comme des bonnes relations humaines, y compris sexuelles. Ses encouragements apports certains de ses tudiants de consommer le mariage avant d'en demander le sacrement officiel scandalise. Beaucoup plus libre que sa consur anglicane (et bien sr romaine) sur divers plan, lglise piscopale demeure fortement imprgne du puritanisme ambiant (ce qui fera dire Watts, que dans ce contexte amricain gnral des annes 1960, une revue comme Playboy fait uvre de salubrit publique).

En 1949, il reconnat sa dette envers la tradition et l'sotrisme en crivant L'Identit Suprme, dont la bibliographie comporte six ouvrages d'Ananda Coomaraswamy et huit de Ren Gunon. Ensuite, son orientation s'unifie et s'affine au contact approfondi de la pense chinoise comme des recherches contemporaines en Sciences Humaines. Alan Watts lui-mme le soulignera dans presque toutes ses prfaces d'ouvrage postrieures 1950, la diffrence Orient-Occident n'est plus gographique mais de culture et civilisation.

En 1950, il quitte lglise, devient un philosophe en libert (free-lance). Il crit La Sagesse de l'Inscurit, en compagnie d'Antonietta, qui deviendra sa seconde femme. Le message essentiel est la rcusation de toute prtention capter et figer Dieu en un concept. L'ensemble de ses exposs dans cet ouvrage est, de l'avis gnral, fortement empreint de l'influence de Krishnamurti. Il est la thologie classique ce que sont les premires confrences de Krishnamurti furent la thosophie. Dieu n'a nulle besoin de soldats pour la dfendre ou en faire la propagande: la foi mme ne requiert aucun objet sinon la confiance de se laisser couler et immerger en Elle. Alors, Elle vous porte!

En 1957, alors g de 42 ans, il publie son livre le plus connu et le plus cit Le Bouddhisme Zen (The Way of Zen), n'hsitant pas introduire des ides provenant de la Smantique Gnrale d'Alfred Korzybski.

En 1958, il publie Amour et Connaissance (Nature, Man and Woman), qui divers gards reprend l'esprit gnral de Bouddhisme Zen l'intention d'un grand public qui ne possderait aucun lment de culture chinoise. En 1958 galement, fait un voyage en Europe accompagn de son pre, rencontre C.J Jung et Karlfried Graf Drckheim psychothrapeute et zniste accompli.

De retour aux tats-Unis, il enregistre deux saisons (1959-1960) pour la tlvision sur la Sagesse Orientale et la Vie Moderne (Eastern Wisdom and Modern Life).

l'invitation de plusieurs psychologues et psychiatres, il exprimente diverses drogues dont il rendra compte dans Joyeuse Cosmologie (1962). Il ne dsavouera jamais cette exprimentation, en tant qu'exprimentation. Les opposants l'usage de drogues psychdliques citent volontiers son tardif Si vous avez reu le message, raccrochez le tlphone, mais d'un autre ct oublient d'ajouter qu'il dit quasiment la mme chose de toute institution religieuse ou philosophique plus accro la lettre qu' l'esprit qu'elle est suppose dlivrer. Le point de vue auquel il s'arrtera est identique celui qu'il adopta pour l'alcool: le problme est avant tout social, toute question de mfaits ou bienfaits individuels mis part. Il cessera de traiter le sujet, sintressant davantage aux nouvelles thories sur la matire dveloppes par les physiciens du XXesicle. En diverses occasions, il met en garde contre un sotrisme qui serait une nouvelle croyance, un espoir de progrs rebours; il indique qu'il est prudent (nous invoquerions aujourd'hui le principe de prcaution) de l'aborder au travers de notre rationalisme occidental.

Son dernier livre, inachev, porte sur le taosme comme introduction la pense chinoise tout entire, avec une post-face de Al Chung-liang Huang (dont il venait de prfacer l'ouvrage sur la danse du tai-chi-chuan).

En 1968, Jacques Mousseau rapporte que les proccupations socio-spirituelles 40 ans auparavant n'ont pas tellement chang: jeter un pont entre pense occidentale et pense orientale, une philosophie occidentale spculative, un chafaudage de thories concernant la nature de l'tre et la nature de la connaissance, uniquement bases sur des mots et une philosophie orientale plus empirique, qui est avant tout une exprience. Son but fondamental est de modifier la conscience de telle sorte que l'individu puisse connatre une exprience de lui-mme diffrente de celle qu'on appelle normale. Une exprience de nous-mme qui ne soit plus dtermine par la culture dans laquelle nous vivons, mais directement par l'exprience vcue de l'existence de nous-mme. Une philosophie nouvelle partir de sentiments nouveaux, de rgles nouvelles, de concepts nouveaux pour dfinir ce que signifie tre en vie, ce que signifie tre un homme. En d'autres termes, nous avons besoin de cesser de nous considrer, ici, comme des trangers dans un monde tranger. Techniquement, on peut dire que lcole Traditionnelle n'est pas un humanisme, particulirement un humanisme la franaise qui rejette d'gale mesure l'animalit (thologie) de l'tre humain et son potentiel de dification (qui s'obtient par grce, selon lglise catholique; par nature, selon les penses orientales). Il existe cinq faons de communiquer avec le monde: cultiver la terre, cuisiner, travailler pour se vtir, avoir un toit o s'abriter et faire l'amour. Autant dire que dans notre univers technologique, nous sommes loin de ces moyens de communication avec le monde matriel[6]

un moment, Alan Watts rsuma sa conception de l'homme d'une manire lapidaire mais trompeuse: organisme-environnement; elle peut s'entendre au sens du tout premier Ministre franais de l'environnement. Les Sciences Humaines dualistes ont en effet la fois fait l'impasse sur la question de l'Inn et de l'Acquis, la similitude de la majorit des comportements animaliers et humains comme de l'existence de Dieu[7] (auquel nous serions organiquement li et qui nous environne de son omniprsence). D'un malade mental, on dit qu'il perd la raison, mais jamais qu'il hallucine en confondant gains en vitesse et gains de temps, qu'il a perdu le sens du Temps, tout comme il a perdu l'usage de ses instincts, de ses cinq sens, de sa capacit de survie, tout aussi bien qu'il a perdu le sens du Bien, du Beau, de l'Empathie, la capacit d'aimer et de servir son prochain.

la mort d'Alan Watts, Pierre Hadot publiait essentiellement ses travaux sur Plotin et n'avait pas encore dcid de rappeler fortement que toute la philosophie antique, avant toute formulation spculative et doctrinale, est un ncessaire changement volontaire de style de vie. Roger-Pol Droit[8] n'avait pas encore dclar que Philosophiquement la dmarche du bouddhisme consiste en une sorte de mouvement de d liaison, de dsobstruction, ce quune expression anglaise comme to clear the way rend assez bien. Il y a l lide de librer le passage, dter les obstacles, plutt que de construire des vrits. Jean-Franois Revel et Matthieu Ricard n'avaient pas fait dialoguer science moderne et religion, Jean Franois Billeter et Franois Jullien n'avaient pas encore eu leur Dispute, etc.

Bien d'autres vnements ouvrant le XXIesicle seraient mentionner, qui entrent en rsonance avec les cls simples, vulgaires, populaires qu'Alan Watts proposait pour que chacun trouve joie et paix, sa voie et sa place au monde sans que celles-ci ne lui soit imposes et formates par l'Organisation Mondiale du Commerce[1],[3].

See more here:
Alan Watts Wikipdia

Related Post

Written by admin |

June 5th, 2018 at 4:44 pm

Posted in Alan Watts